Nos réalisations

DES REALISATIONS

 

L'œuvre accomplie par la CSP depuis sa création s’articule autour de la redynamisation du syndicalisme dans la fonction publique, la refondation du mouvement syndical Camerounais, la construction du mouvement social au Cameroun, la revendication de meilleures conditions de vie et de travail des personnels des différents corps de ce secteur d’activité et la coopération internationale.

 

III-1- la redynamisation du syndicalisme dans la fonction publique

Face au constat de la faible syndicalisation dans la fonction publique et à l’inactivité des syndicats existants, la CSP s’est employée à sensibiliser les travailleurs des corps de métiers non encore organisés sur l’importance des syndicats dans la défense des droits et intérêts des travailleurs d’une part, et à renforcer les capacités des responsables des syndicats existants tant sur la connaissance et la maîtrise des techniques et problèmes de direction, que sur les enjeux et les défis de l’heure. C’est dans ce cadre que la CSP a organisé, en partenariat avec le BIT, un atelier de réflexion sur « la place des syndicats de la fonction publique dans le paysage syndical camerounais » le 13 Juin 2005. C’est dans la même optique que les responsables de la CSP ont pris part à de nombreux ateliers et séminaires sur : la dette, le DSRP, les Accords de Cotonou, le NEPAD, le Doit OHADA, le dialogue social, la productivité etc.

 

III-2- la refondation du mouvement syndical Camerounais

Convaincu que les différents syndicats, pris isolément, ne sont pas suffisamment forts pour faire fléchir les dirigeants de notre pays, et que l’inversion de la tendance actuelle passe essentiellement par leur rapprochement en vue d’une démarche unitaire pour la résolution des problèmes des travailleurs camerounais, la CSP a contribué à la création en octobre 2003, d’un cadre de réflexion, de discussion et de décision connu sous le nom de « Réseau Intersyndical du Cameroun » en abrégé RISC dont il est membre fondateur. La CSP s’y retrouve ainsi avec la Confédération Générale du Travail-Liberté (CGT-Liberté), l’Union Générale des Travailleurs du Cameroun (UGTC), l’Union des Syndicats Libres du Cameroun (USLC) et la Confédération des Syndicats Indépendants du Cameroun (CSIC). Seule une confédération sur les six existants actuellement dans notre pays, à savoir la Confédération Syndicale des Travailleurs du Cameroun (CSTC) est restée en marge de ce mouvement citoyen. C’est dans la même logique que la CSP a organisé, en collaboration avec la CGT-Liberté, un forum syndical national sous le thème « Un autre Syndicalisme est possible ». Dans la perspective de cette nouvelle orientation idéologique, la CSP a entrepris d’organiser de manière originale les manifestations du 1er Mai (fête du Travail).

 

III-3-la construction du mouvement social au Cameroun

Parallèlement à son action syndicale, la CSP est au 1er plan de nombreuses dynamiques à partir desquelles se construit le mouvement social camerounais. Parmi les plus en vue, nous pouvons citer :

La Plate Forme d’Information et d’Action sur la Dette (PFIAD) ;

Le Comité de suivi des accords de Cotonou ;

Le Réseau de suivi – évaluation des politiques publiques et des stratégies de coopération (Dynamique Citoyenne).

On y retrouve toutes les familles d’acteurs de la société civile, syndicats, confessions religieuses, ONGs et associations, qui se côtoient, se décloisonnent, s’échangent les expériences et apprennent à débattre des problèmes nationaux en vue de leur mobilisation dans la définition, la mise en œuvre et le contrôle des politiques publiques et des stratégies de coopération en matière de lutte contre la pauvreté.

La CSP est par ailleurs impliquée dans la lutte contre la corruption. Celle-ci se fait au sein de l’observatoire syndical de lutte contre la corruption (OSLC) crée le 11 Décembre 2002. Cet organe qui se met progressivement en place à travers le pays permet à la Centrale syndicale de devenir au sein de la Fonction Publique de l’Etat, une instance de réflexion, de proposition et d’action en matière de lutte contre la corruption. Les activités de cet observatoire visent à améliorer l’efficacité des stratégies de lutte contre la corruption en complétant les mesures en cours par des actions plus spécifiques et concrètes. La CSP est également impliquée dans le C2D comme représentant de la société civile camerounaise au COS et porteuse du suivi indépendant du C2D.